« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Langues officielles : Vers une nouvelle... stratégie
OTTAWA - Qu'elle soit en accord ou non avec les mesures qu'il contient ou avec le financement qui s'y rattache, l'actuelle ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, doit vivre pendant encore deux ans avec le plan quinquennal en matière de langues officielles mis de l'avant par l'ancien gouvernement de Stephen Harper, en 2013.
Éducation internationale: Ouverture aux enseignants et aux élèves franco-canadiens
Il aura fallu l'intervention du Centre de la francophonie des Amériques pour que l'organisme québécois Éducation internationale s'ouvre aux Franco-Canadiens, pour que deux univers francophones se rencontrent sur le chemin de l'éducation.
Du bilinguisme à l'égalité
Je pense à une marche sur les galets au bord de la mer. On en soulève un, ici et là au hasard, pour voir ce qu'il cache. Tantôt du sable, tantôt un morceau de carapace, un autre galet plus petit, beau ou laid, un bout d'algue...On ne verra jamais toute la plage d'un seul coup d'oeil, mais on aura une idée de sa composition.
Cliquez pour plus de détailsDroits linguistiques: Le vide politique génère une industrie judiciaire
Il faut qu'on parle de causes. Le citoyen bénéficie depuis 1982 d'une Charte canadienne endossée par les provinces et territoires qui enchâsse l'égalité linguistique. Pendant trois décennies, on a exploré devant les tribunaux la portée des droits. Mais après l'investissement de plusieurs dizaines de millions $ dans trois programmes de contestation successifs pour appuyer quelque 500 démarches en matière linguistique, on s'attendrait à ce que la jurisprudence commence à suffire .
Cliquez pour plus de détailsLégalisation du cannabis: Les jeunes francophones fument-ils du pot ?
La question fait sourire et la réponse est évidemment oui. Mais ce n'est pas la fête au village simplement parce que la légalisation arrivera en 2017. Les inquiétudes sont nombreuses et Ottawa veut connaître l'opinion des experts, dont les jeunes.
Cliquez pour plus de détailsPonteix - J'Orage
Décidément, il faut se tourner du côté de la Saskatchewan pour dénicher les propositions pop indé francophones les plus intéressantes à l'extérieur du Québec. Après les prometteurs Indigo Joseph en 2014, une nouvelle voix émerge de cette communauté fertile; Mario Lepage et son Ponteix.
Cliquez pour plus de détailsFaites le deux pour le français au Parlement
L'usage des langues officielles fait beaucoup jaser. Le Parlement fédéral est source de bien des palabres à ce sujet depuis quelques semaines. S'il faut une langue pour se parler, il en faut une aussi pour se comprendre. Or, on s'est inquiété dernièrement au sujet d'une ministre qui ne peut être comprise par tous les Canadiens.
Cliquez pour plus de détailsUn « roman personnel » finement architecturé
« Bonsoir. Je m'appelle Michel Normandeau et je vais vous raconter une histoire... » Voilà la dernière ligne de Dis-mos, Lily-Marlène, le « roman personnel » de Michel Normandeau. En plus d'être l'auteur, Normandeau figure parmi les principaux personnages. J'ai rarement lu un roman autobiographique aussi finement architecturé.
Cliquez pour plus de détailsDenis Desgagné : cinq années marquantes à la tête du Centre de la francophonie des Amériques
Après avoir passé 25 ans dans l'Ouest canadien à faire rayonner le français à travers ses écoles, ses activités culturelles, ses rassemblements de jeunes, Denis Desgagné arrive en 2011 à Québec comme nouveau PDG du Centre de la francophonie des Amériques. Cette fois-ci, c'est le défi du continent américain qui attendait ce passionné de la francophonie.
Cliquez pour plus de détailsUniversité franco : soyez gentils, restez assis
La défense du statu quo dans le dossier de l'Université franco-ontarienne rappelle les décennies de tension précédant la gestion scolaire francophone en milieu minoritaire. L'approche pragmatique de bonifier tranquillement les services existants évoque les promesses des School Board et des Departement of Education de l'époque.
Cliquez pour plus de détailsFamille, Enfants et Développement social : Faut-il (encore) avoir peur de la finance sociale ?
Une première annonce de 3,4 millions $ à mi-parcours de la Feuille de route pour les langues officielles vient relancer quatre organismes dont les clientèles n'étaient pas prioritaires pour l'administration conservatrice. Le modèle de financement repris par les libéraux ne fait pas craindre les dérapages appréhendés en 2013.
Cliquez pour plus de détailsLe village global francophone entre trois océans
C'est le printemps, le temps de l'année où on commence à penser à ce qu'on peut semer pour embellir le paysage et nourrir le village. Il est beaucoup question du paysage médiatique francophone par les temps qui courent.
Cliquez pour plus de détailsLe Pluvier kildir
En conclusion d'une critique peu laudative de la version originale du livre, Martin Nolan écrit - je traduis : « Killdeer est mauvais et malaisant ». Phil Hall vient alors de recevoir pour ce livre le prix du gouverneur général, catégorie poésie, en 2011. Si l'on peut voir dans la critique de Nolan une réaction vis-à-vis de l'obtention du prix, le plus prestigieux du milieu littéraire canadien, Le Pluvier kildir, que traduit ici par Rose Després, est un livre dont on peut dire qu'il soulève pour le moins des opinions contradictoires et marquées.
Cliquez pour plus de détailsTraduction au gouvernement fédéral : La FCFA peu impressionnée par le logiciel Portage
Pour la fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, le système de traduction automatique Portage que veut implanter le fédéral dans l'ensemble de la fonction publique du Canada risque d'accentuer l' « érosion généralisée des capacités des institutions fédérales en matière de communication dans les deux langues officielles ».
Cliquez pour plus de détailsPublicité gouvernementale en français en Ontario : Le commissaire déclenche une nouvelle enquête
Le commissaire aux services en français de l'Ontario, Me François Boileau, lance une nouvelle enquête sur les placements publicitaires du gouvernement de la province dans les médias de langue française, traditionnels et numériques.
Cliquez pour plus de détailsLa politique et l'argent : Les sous et dessous des annonces gouvernementales
Alors que la collecte de contributions politiques fait l'objet d'enquêtes et de controverses dans trois provinces (Québec, Ontario et CB), des questions se posent sur la relation de la classe politique avec l'argent. Faisant compagne grâce à des dons privés, les élus retournent-ils dans leur comté avec des fonds publics pour récompenser les donateurs ?
USITO : le dictionnaire des Francos
Numérique, enrichi toutes les semaines, le dictionnaire USITO s'est aussi donné comme mission d'être inclusif en matière de francophonie des Amériques Tout ça à partir de l'Université de Sherbrooke.
Cliquez pour plus de détailsLe prix du bilinguisme
Les détracteurs du bilinguisme se plaignent souvent de ce qu'il coûte à l'état. Il faut dépenser pour traduire, mettre en place des politiques d'embauche particulières et prévoir des interprètes au Parlement. Et puis l'argent des contribuables sert à payer des chiens de garde comme les commissaires aux langues officielles etc. etc. etc....
Des artistes de la francophonie pancanadienne à Québec
Des artistes de Saskatchewan, d'Ontario et d'Acadie sont invités à participer, du 28 au 31 mai, au Carrefour international de théâtre de Québec, qui leur permettra de collaborer étroitement avec leurs collègues de la ville de Québec.
Cliquez pour plus de détailsAiles de taule
Ceux qui entrent dans Ailes de taule en connaissant l'oeuvre d'Éric Charlebois y verront peut-être une rupture avec ses livres précédents. Charlebois il est vrai a une marque distincte et reconnaissable. Péristalstisme, son deuxième recueil de poésie, calquait sa forme sur le processus digestif, chaque partie en retraçant une étape. Ce recueil donnait le ton du reste de l'oeuvre : une propension à faire d'une image le noyau et principe organisateur du livre. Ce n'est pas le cas d'Ailes de taule. Le plus récent recueil de Charlebois se tourne vers le récit pour explorer la thématique de la filiation.
Cliquez pour plus de détailsServices à l'enfance : La porte d'entrée à l'école française demeure bloquée
Inspiré par la stratégie québécoise en petite enfance et alimenté par les mouvements sociaux, le libéral Paul Martin avait annoncé en 2005 le lancement d'un système national de garde. Sitôt élu, Stephen Harper annule le plan. Dix ans plus tard, alors que l'espoir renait, Justin Trudeau sacrifie le développement du jeune enfant au profit de la lutte contre la pauvreté. Un dur coup pour le préscolaire francophone.
Cliquez pour plus de détailsTraversée d'un désert blanc par Martin Murray
Martin Murray traverse le Grand lac des Esclaves, soit une aventure de 243... 242 km. Il a fallu 11 jours à ce Franco-Ontarien de Val-Rita, près de Kapuskasing, pour faire sa traversée solo sans aide.
Cliquez pour plus de détailsUn premier roman réussi d'Alain Boisvert
Longtemps animateur à TFO, Alain Boisvert travaille aujourd'hui au Nouveau-Brunswick et habite à Shippagan. Il nous livre son premier roman, mépapasonlà, dont le sous-titre se lit comme suit : « Chroniques rurales d'une famille acadienne heureuse, très heureuse, et de ces tristes hasards qui viennent éprouver son bonheur ».
Cliquez pour plus de détailsLe citoyen et sa défense
Le gouvernement Trudeau a rétabli le Programme de contestation judiciaire (PCJ). On en est tous heureux dans les milieux francophones, avec raison.
Des artistes de la francophonie pancanadienne à Québec
Des artistes de Saskatchewan, d'Ontario et d'Acadie sont invités à participer, du 28 au 31 mai, au Carrefour international de théâtre de Québec, qui leur permettra de collaborer étroitement avec leurs collègues de la ville de Québec.
Cliquez pour plus de détailsLangues officielles : François Choquette devient champion aux Communes
Quatre mois après avoir été nommé critique du NPD en matière de langues officielles et vice-président du Comité des langues officielles, le Québécois de 42 ans se démarque par son engagement et sa capacité d'agir.
Cliquez pour plus de détailsS'attabler autour du français
Le Centre de la francophonie des Amériques en collaboration avec l'Université de Montréal dans le cadre de la Francofête de mars de l'UdeM a organisé le 23 mars dernier une table ronde questionnant la vigueur du français dans les Amériques. La question n'est pas nouvelle. Mais elle a eu le mérite d'être débattue par trois excellents panelistes.
Cliquez pour plus de détailsFrancophone chez-soi et dans le monde
Mars était le Dieu de la guerre dans la mythologie romaine. C'est aussi le mois que l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a choisi pour célébrer la présence française dans le monde. On peut y voir un certain symbolisme, car c'est au prix d'une lutte constante que l'on parvient à préserver sa langue.
Cliquez pour plus de détailsÉcrire pour enseigner, lire pour apprendre
Cet hiver, les Éditions L'Interligne ont ajouté deux nouveaux titres à « Cavales », leur collection pour la jeunesse : Le mystère des billes d'or, écrit par Jules Asselin et illustré par Ninon Pelletier, ainsi que Les voyages de Caroline de Rosemary Doyle. Ces deux livres, dédiés respectivement aux lecteurs de quatre à six ans et de six à neuf ans, ont en commun leur visée éducative. La difficulté d'une telle entreprise consiste à instruire le jeune lecteur sans compromettre l'histoire racontée ni le plaisir de lecture. Alors que ce défi a été admirablement bien relevé par Pelletier, qui aborde avec audace un sujet difficile d'approche, le roman de Doyle, dont la matière semble pourtant plus accessible, est moins habile à cet égard.
La francophonie et le budget : Mélanie Joly : C'est l'an prochain qu'on va travailler ensemble
Le 19 octobre, les communautés francophones ont célébré le retour au pouvoir des libéraux. Mais après avoir lu entre les lignes et colonnes du budget du 22 mars, on a constaté que les langues officielles et les communautés francophones ne sont pas prioritaires.

Communiqués de la francophonie