« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsJean-Luc Racine : Un homme mené par la passion
Directeur général de la Fédération des ainés et ainées francophones du Canada (FAAFC) depuis 2004, Jean-Luc Racine détient, toujours en lui, la passion qui lui permet d'accomplir des projets remarquables pour les ainés francophones du pays.
Cliquez pour plus de détailsAssemblée générale CNFS: la formation en santé se porte bien
La croissance des résultats (inscriptions et diplomation) se poursuit au Consortium national de formation en santé. Le discours est pragmatique, les pratiques sont collaboratives et le financement au rendez-vous.
Cliquez pour plus de détailsL'après-pétrole: entre déni et peur de l'inconnu
Le baril stagne à 60 $, les sables bitumineux risquent le rejet, des milliers de postes sont coupés et des milliards d'investissements en suspens. Le changement climatique s'impose comme priorité mondiale. Et maintenant ?
Un déficit migratoire négatif dans plusieurs régions
Une étude de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) révèle que 34 des 63 régions à présence francophone au Canada comptent un solde migratoire négatif.
Coupures dramatiques à Coop atlantique
Coop atlantique met à pied 400 employés dans la foulée de son retrait du marché de l'alimentation et des stations-services. Elle se met aussi sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.
Cliquez pour plus de détailsBilinguisme recommandé pour les hauts fonctionnaires
La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick recommande qu'à compter de 2020, le bilinguisme soit un prérequis pour être nommé à un poste de haut fonctionnaire au Nouveau-Brunswick. Une proposition rejetée par le gouvernement Gallant.
Cliquez pour plus de détailsDébat sur le bilinguisme: « Certains ne changeront jamais d'opinion »
Artificiel, imposé, inutile, coûteux, subversif et discriminatoire, disent les uns. Les autres parlent histoire, droits, justice, égalité, épanouissement et d'unité nationale. « Un dialogue de sourds ? », demande François Charbonneau.
Cliquez pour plus de détailsDes coupures liées au recensement
Depuis 2011, 36 bureaux de poste au pays ont acquis une désignation bilingue et 49 sont en voie de la perdre. Les choix auraient été faits à partir de données douteuses et la consultation se fait attendre.
Cliquez pour plus de détailsDes jeunes de moins en moins bilingues
Le comité sénatorial des langues officielles a déposé la semaine dernière son rapport sur l'étude des meilleures pratiques en matière de politique linguistique et d'apprentissage d'une langue seconde. Un constat est clairement mis en évidence : les jeunes Canadiens sont de moins en moins bilingues.
Cliquez pour plus de détails« La science doit se vivre en français » - Louise Dandurand
Le français demeure toujours et encore une langue de recherche scientifique. Mais pourquoi retrouvons-nous donc de moins en moins d'ouvrages savants publiés dans la langue de Molière? De passage à l'Université d'Ottawa dans le cadre de l'Université d'été sur la francophonie des Amériques, Louise Dandurand a plongé dans le vif du sujet.
Le RDÉE à Winnipeg: le français, un atout de taille en affaires
Le Réseau de développement économique et d'employabilité (RDÉE) Canada a profité de la tenue de son assemblée générale annuelle à Winnipeg, à la mi-juin, pour organiser un colloque portant sur la francophonie économique.
Une association pancanadienne d'établissements postsecondaires
Selon la nouvelle Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), créée en avril, le nombre d'élèves étudiant dans un programme postsecondaire en français a augmenté de 14% entre 2000 et 2011 selon les statistiques qu'a recueillis l'organisme.
Cliquez pour plus de détailsJustice en français: une position fédérale incompréhensible
La retraite du juge manitobain Marshall Rothstein de la Cour suprême relance la controverse sur la nomination de juges par Ottawa. Les juristes sont déçus par la récente nomination d'un unilingue en Cour d'appel au Nouveau-Brunswick. Peuvent-ils actionner le fédéral ?
Cliquez pour plus de détails20e conférence ministérielle sur la francophonie canadienne
Les 14 ministres responsables dans leur province ou territoire des Affaires francophones se sont réunis à Toronto les 16 et 17 juin derniers, à l'occasion de la 20e édition de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne.
Nouvelle chanson thème pour Unis TV
Une chanson de Radio Radio qui rend hommage à la francophonie canadienne appuiera la nouvelle campagne de promotion de la chaîne Unis TV.
Dépenses des sénateurs Marie Charette-Poulin et Rose-Marie Losier-Cool visées
Les problèmes d'ordre financier ou personnel des sénateurs Mike Duffy, Patrick Brazeau, Pamela Wallin et Mac Harb ont sérieusement entaché la réputation de la Chambre haute, ces dernières années. Mais derrière ces cas hautement médiatisés se cachaient davantage de problèmes et de dépenses douteuses impliquant tant des sénateurs libéraux que conservateurs.
Cliquez pour plus de détailsCatherine Voyer-Léger : un défi n'attend pas l'autre
Ce n'est pas par manque d'intérêt ou d'attachement que Catherine Voyer-Léger quittera, en août prochain, le poste de directrice générale du Regroupement des éditeurs canadiens-français qui chapeaute une quinzaine de maisons d'édition en Acadie, en Ontario et dans l'Ouest.
Cliquez pour plus de détailsLes francophones solidaires et oppresseurs
Le régime de génocide culturel lancé en 1870 quand la bureaucratie fédérale s'est imposée dans les vastes régions du Nord-Ouest[1] aura duré plus d'un siècle. Comment les Canadiens français se sont-ils comportés envers les autochtones ?
Cliquez pour plus de détailsLes enseignants qualifient-ils sous l'article 23 ?
Lorsque le Nouveau-Brunswick a annoncé une hausse de l'enveloppe égalitaire en éducation française bien en-dessous des attentes, les enseignants ont décidé d'actionner. Cette première cause menée par un syndicat fera-t-elle tendance ?
Cliquez pour plus de détailsSylviane Lanthier élue à la présidence de la FCFA
Établie au Manitoba depuis 25 ans, Sylviane Lanthier a été élue en fin de semaine à la résidence de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada par les représentants des 21 membres de l'organisme.
Cliquez pour plus de détailsUne société fragmentée croit Joseph Yvon Thériault
Acadien d'origine et ancien étudiant et professeur de l'Université d'Ottawa, Joseph Yvon Thériault s'est questionné profondément sur ce qu'est devenue l'Amérique française, dans le cadre d'un congrès de la Fédération des sciences humaines à cette université.
Cliquez pour plus de détailsPanel sur la dualité linguistique et la Loi sur les langues officielles
Des vraies réponses de politiciens, des flèches envoyées aux partis adverses, des petites blagues afin de divertir le public, c'est ce que Bernard Trottier du Parti conservateur du Canada, Stéphane Dion du Parti libéral du Canada et Yvon Godin du Nouveau parti démocratique ont livré aux minortiés francophones du Canada lors du panel sur la dualité linguistique et la Loi sur les langues officielles jeudi dernier à l'Université d'Ottawa.
Cliquez pour plus de détailsLa trousse affaires et aventure est lancée
Il est possible de visiter les recoins de certains pays à dos d'âne. Mais le tourisme de proximité n'est pas adapté aux dimensions du Canada. Visiter les communautés francophones reste néanmoins un marché de niche en plein essor.
Cliquez pour plus de détailsDes choix pour contrer l'érosion
Suivant la récente décision de la Cour suprême du Canada sur l'école franco-yukonaise, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique a suspendu l'admission de non ayants droit. Craint-on un effet domino ?
Cliquez pour plus de détailsUniversité franco-ontarienne : un projet de loi est déposé.
Plus de 400 jeunes étudiants francophones de l'Ontario avaient, la semaine dernière, répondu à la demande de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) en remplissant le formulaire d'inscription en ligne pour la création d'une université francophone en Ontario. C'était une excellente nouvelle pour la députée de Nickel Belt, France Gélinas, qui a déposé le 26 mai dernier, un projet de loi pour la fondation d'une telle université.
Cliquez pour plus de détailsUn million de dollars de plus pour l'école francophone
Le gouvernement provincial accorde un million de dollars de plus à l'enveloppe égalitaire pour l'éducation en français, mais la communauté reste sur sa faim.
Cliquez pour plus de détailsLa FCFA rassemble les trois principaux partis
La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada organise un panel sur la dualité linguistique et sur le respect de la Loi sur les langues officielles le 4 juin prochain à l'Université d'Ottawa. La FCFA pourra compter sur les trois principaux partis politiques du Canada.
Cliquez pour plus de détailsParler franglais : entre ingéniosité et insécurité
Notre avenir sera-t-il franglais? Cinq chercheurs débattent de l'enjeu dans l'édition courante de la revue internationale Argument. En milieu minoritaire, c'est plutôt complexe.
Cliquez pour plus de détailsIl faudra un jour nommer des sénateurs
Que veulent les Canadiens : le Sénat affaibli des conservateurs, aboli par les néo-démocrates ou non partisan comme le tentent les libéraux ? D'ici à ce que cette question soit réglée, les régions francophones du pays perdent des appuis au Parlement.
Cliquez pour plus de détails Présidence FCFA : Deux anciens journalistes en lice
Sylviane Lanthier et Réjean Grenier ont dirigé un hebdo et participé à la gouvernance de l'Association de la presse francophone. Les deux sollicitent le vote des 21 membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne attendus à Gatineau le 6 juin.

Communiqués de la francophonie