« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsLes commissaires actionnent le Nunavut
Dans un geste qui a choqué l'Association de parents, la Commission scolaire a intenté le 11 février une poursuite pour agrandir et équiper l'école française selon la norme constitutionnelle.
Cliquez pour plus de détailsFonds pour les journaux
La lutte de trois ans de la sénatrice manitobaine pour corriger les défaillances du programme fédéral d'appui aux journaux communautaires mène à une impasse.
Cliquez pour plus de détailsQuand la maladie devient un plaidoyer sur l'amitié
Comme il y a des maladies terminales, Jean Dumont imagine un scénario où neuf livres font l'objet de « lectures terminales ». C'est le titre de son roman assez original et assez bien mené. Au coeur de ce livret de 130 pages, vous avez droit à un singulier plaidoyer sur l'amitié.
Cliquez pour plus de détailsLa cause Caron entre les mains de la Cour suprême du Canada
Une contravention unilingue anglophone, à l'origine de la saga judiciaire de Gilles Caron et de Pierre Boutet pourrait aujourd'hui changer l'histoire des minorités francophones du pays. Après un parcours juridique qui a duré plus de 12 ans, la Cour suprême du Canada a entendu leur cause vendredi derni
Cliquez pour plus de détails« D'autres victimes presque chaque jour »
Des membres des familles représentant 1200 femmes autochtones assassinées ou disparues se réuniront à Ottawa, le 26 février. Le lendemain, quatre d'entre eux vont s'adresser aux participants à une table ronde nationale.
Cliquez pour plus de détailsS'inspirer du vrai pour créer l'imaginaire
Le critique littéraire de l'Association de la presse francophone, Paul-François Sylvestre, vient de publier un roman intitulé L'envers de la médaille, dans lequel il raconte l'histoire de deux prêtres franco-ontariens poursuivis pour pédophilie. M. Sylvestre répond aux questions de l'APF.
Cliquez pour plus de détailsDes artistes francophones se lancent dans l'aventure de la création collective en communauté.
Ils sont sept personnes. Des artistes musiciens francophones qui sont originaires de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Manitoba. Depuis le 18 février, certains d'entre eux ont débuté en Ontario une expérience de création collective en communauté qui se poursuivra au cours des prochaines semaines au Yukon et à l'Île-du-Prince-Édouard.
Cliquez pour plus de détailsLe devoir d'informer aussi les francophones
Le premier ministre Harper et la ministre Shelley Glover des Langues officielles respectent la loi. Mais en twittant seulement en anglais, la moitié des membres du cabinet fédéral ont manqué à leurs obligations et à leur devoir.
Cliquez pour plus de détailsHey, Wow: l'alouette en colère
Issu des groupes La Ligue du bonheur et Deux Saisons, le multi-instrumentiste Jean-Marc Lalonde prend la tête du groupe Hey, Wow, une nouvelle formation parmi la confrérie musicale Franco-ontarienne. Cette présence ne passe pas inaperçue. Le groupe a remporté trois prix lors de la dernière édition de Contact Ontarois, dont le Prix Coup de foudre offert par Réseau Ontario, accompagné d'une tournée ontarienne. À l'écoute du premier mini-album de trois chansons du groupe, gageons que c'est sur la route que l'essence de Hey, Wow prendra tout son sens.
Cliquez pour plus de détailsDes parents exigent le départ des commissaires
On entend rarement parler de l'École des Trois-soleils, à Iqaluit, la plus nordique des écoles françaises de la planète. Même quand ça va mal.
Cliquez pour plus de détailsYvon Godin laissera un grand vide
Yvon Godin a le goût de changer d'air. Après 18 ans sur la colline parlementaire où il s'est démarqué par sa défense des droits linguistiques de la francophonie canadienne, il tire sa révérence.
Cliquez pour plus de détailsLa nomination de Rob Nicholson mal accueillie
La nomination de Rob Nicholson au poste de ministre des Affaires étrangères a été accueillie comme une douche froide. Dans les milieux politiques comme au sein des communautés francophones, cette nomination laisse les dirigeants pantois.
Cliquez pour plus de détailsDeux nouveaux titres sur l'étagère Trottinette
Les Éditions Bouton d'or d'Acadie viennent de lancer deux nouveaux titres dans leur collection « Étagère Trottinette », qui s'adresse aux enfants de 4 à 8 ans. Le premier s'intitule Lili Tutti-Frutti et Édith Bourget y raconte l'histoire d'une fillette qui mange quantité de fruits pour déjeuner, pour dîner, pour sa collation, pour souper, alouette !
Cliquez pour plus de détailsComment faire un budget sans huile?
Le prix du baril de brut est tombé à 39 $ en 2008 et voilà qui s'approche à nouveau de cet abîme. Mais les gouvernements refusent d'y voir une crise structurelle, soutient Dominique Perron, ils attendent que le prix remonte.
Cliquez pour plus de détailsDes organismes qui rendent le patrimoine francophone vivant
Faire revivre le passé au présent. Tel semble être la devise de ces organismes que l'on retrouve dans la plupart des communautés francophones à travers le pays. Il y en a de modestes comme le Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles à Yellowknife alors que d'autres détiennent des milliers de documents comme le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l'Université d'Ottawa.
Cliquez pour plus de détailsL'Ontario français : communauté ou nation?
En page éditoriale du quotidien LeDroit d'Ottawa, le professeur Gilles LeVasseur proposait récemment l'ajout de symboles identitaires pour renforcer la reconnaissance des Franco-Ontariens. Les réactions sont mixtes.
Cliquez pour plus de détailsAltréal: sur la route
Le guitariste CF Picot et l'auteur-compositeur-interprète Fredric Gary Comeau, deux Acadiens établis à Montréal, explorent les ambiances en terrain rock avec Atréal, un projet mettant aussi en vedette le batteur Alexis Aubin-Marchand et le multi-instrumentiste Pierre Desmarais. Fort d'un maxi et d'Hiver Nordique, un premier album, le groupe passe à un autre niveau avec Les bouts du monde, un deuxième disque complet en dix ans.
Cliquez pour plus de détailsNouvelle alliance pour les entrepreneurs des communautés minoritaires
Le Réseau de développement économique et d'employabilité (RDÉE) Canada et la Corporation d'employabilité et de développement économique communautaire (CEDEC) veulent créer des alliances entre les entrepreneurs en milieu minoritaire du Canada. Ils veulent aussi leur faire découvrir de nouveaux marchés.
Cliquez pour plus de détailsQuatre priorités pour les minorités
À l'ouverture de la session parlementaire, la semaine dernière, les chefs politiques ont donné le ton et exposé les thèmes qui conduiront au scrutin d'octobre. Quels dossiers les communautés francophones mettront-elles de l'avant en 2015 ?
Cliquez pour plus de détailsUne directrice générale acadienne.
Une jeune acadienne âgée de 25 ans, Joëlle Martin, a été embauchée pour préparer et diriger les Jeux de la francophonie canadienne JFC) qui se tiendront à Moncton et Dieppe, au Nouveau-Brunswick, à l'été de 2017.
Cliquez pour plus de détailsIl est essentiel pour les communautés francophones de montrer leur patrimoine
Pour Michel Prévost, l'archiviste en chef de l'Université d'Ottawa, il est impossible pour les francophones dispersés au Canada de développer un sentiment de fierté si on laisse s'effacer les traces de leur présence patrimoniale.
Cliquez pour plus de détailsLa cause de la Commission scolaire francophone du Yukon entendue à la Cour suprême du Canada
La Cour suprême du Canada a pris en délibéré le 21 janvier 2015 la cause qui oppose depuis plusieurs années la Commission scolaire francophone du Yukon au gouvernement du Yukon. Le litige repose sur les droits de gestion scolaire en contexte minoritaire.
Cliquez pour plus de détailsMarie-Jo Thério: trois grands tours musicaux
Marie-Jo Thério est l'artisane la plus affranchie parmi les auteurs-compositeurs issus de la francophonie canadienne. Ses cinq disques studio enregistrés depuis 1995 en témoignent admirablement, particulièrement depuis la parution de La Maline en 2000. Trois petits tours d'automne, son premier album live, poursuit dans cette lancée créatrice vers la gauche. À l'abri des contraintes des studios, Marie-Jo Thério, s'entoure de Bernard Falaise, Joe Grass, Sarah Pagé et Josh Zubot. Le champ est libre pour une communion musicale magique devant public.
Cliquez pour plus de détailsQuand écrire donne un sens à une vie
Le Franco-Manitobain Paul Savoie a publié son premier livre, Salamandre, le 15 décembre 1974, lors du lancement de la première maison d'édition francophone de l'Ouest canadien : Les Éditions du Blé. Pour souligner son quarantième anniversaire comme écrivain, il a écrit un récit autobiographique intitulé 24 mouvements pour un soliste.
Cliquez pour plus de détailsTurbulences dans les conseils scolaires francophones
Yellowknife - La Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) en cour d'appel des TNO et l'Association des parents ayant droit de Yellowknife (APADY) viennent de subir un cuisant revers devant la Cour d'appel des TNO).
Cliquez pour plus de détailsLes artistes acadiens à l'assaut des marchés canadiens et européens
Le plus grand marché francophone des arts à l'extérieur du Québec devient, au fil des ans, plus attrayant que jamais pour les artistes et producteurs de spectacles qui étaient plus nombreux que jamais à cette 34e édition de Contact ontarois, qui s'est tenu à Ottawa du 14 au 17 janvier.
Cliquez pour plus de détailsLe commissaire reste optimiste
OTTAWA- La dualité linguistique est toujours vivante au Canada mais les défis sont énormes, selon le Commissaire aux Langues officielles, Graham Fraser, l'arrivée massive d'immigrants au Canada change la donne. Il est important, dit-il, que ceux-ci comprennent que la dualité linguistique est une composante de l'identité canadienne. Les festivités du 150e anniversaire du Canada en 2017 seront l'occasion de faire passer ce message.
Cliquez pour plus de détailsUn riche héritage
MONCTON - Gilbert Finn a joué un rôle de premier plan dans le développement de plusieurs institutions acadiennes. Ceux qui lui ont succédé soulignent sans hésiter l'héritage de ce bâtisseur.
Cliquez pour plus de détailsDes progrès mais pas toujours évidents
OTTAWA- La Loi sur les Langues officielles est beaucoup moins sur le radar qu'il y a 10 ou 15 ans. Mais le portrait n'est pas noir pour autant car « les succès sont invisibles et les échecs, évidents. »
Cliquez pour plus de détailsL'Acadie perd l'un de ses grands champions
MONCTON - Le bâtisseur acadien Gilbert Finn n'est plus. Cet homme ayant joué un rôle majeur dans le développement de la communauté acadienne au 20e siècle a rendu l'âme, mercredi soir, à l'âge de 94 ans.

Communiqués de la francophonie