« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsJustin Lacroix Band - Tout dans ta tête
Originaire de Winnipeg, le Justin Lacroix Band, mené par l'auteur-compositeur du même nom, possède une discographie bilingue de deux EPs lancés en moins d'un an : Ticket to Tokyo, en juin dernier et Tout dans ta tête, entièrement en français, l'automne dernier, dont il sera question dans ce texte.
Cliquez pour plus de détailsLangues officielles dans l'enseignement: Peut-on recourir aux tribunaux pour morceler le Protocole ?
Trois organismes ont réclamé mi-septembre la modernisation des ententes nationales en éducation qui lient le fédéral et les provinces. Ils demandent la création d'un protocole additionnel tripartite pour la gestion des fonds fédéraux destinés à l'enseignement en français, langue maternelle. Leur requête est-elle fondée juridiquement ?
Cliquez pour plus de détailsLa culture à l'ère numérique: Être ou ne pas être (protégé) ?
Les 10 000 participants aux pré-consultations sur la politique culturelle ont identifié deux priorités : la visibilité du contenu canadien en ligne et la concurrence étrangère. La prochaine étape lancée mi-septembre par Patrimoine canadien porte sur l'approche à prendre dans l'ère numérique. Quels messages les francophones porteront-ils ?
Cliquez pour plus de détailsAbondante moisson littéraire cet automne
Le coloris automnal de la rentrée littéraire est flamboyant chez les éditeurs franco-canadiens : romans, récits, nouvelles, essais, théâtre, poésie, livres pour la jeunesse, tout rougeoie comme un érable en septembre-octobre.
Cliquez pour plus de détailsGémeaux 2016 : des finalistes hors Québec qui se tournent vers le long terme
Les membres de L'Alliance des producteurs francophones du Canada ont récolté dix mises en nominations lors de la dernière édition des prix Gémeaux. De ce nombre, seule Les Productions Slalom d'Ottawa a été récompensée dans la catégorie Meilleur premier rôle : jeunesse pour Anie Richer de la série Motel Monstre.
Cliquez pour plus de détailsL'esprit paralympique illustre ce qu'il y a de meilleur en nous
Tous les deux ans, je m'émerveille devant l'habileté, le talent et la détermination qu'affichent les athlètes qui participent aux Jeux paralympiques.
Cliquez pour plus de détailsLes affaires en milieu minoritaire : Moncton, Sudbury, Yarmouth, Cold Lake et Summerside s'illustrent
Le Canada comptait 151 837 entreprises francophones en milieu minoritaire en 2014, soit 6,4 % du secteur. La valeur des exportations par ce groupe était « considérablement plus élevée » que chez les majoritaires, selon une étude de 55 pages publiée en août, intitulée Profil des entreprises dans les communautés minoritaires de langue officielle francophones.
La rentrée parlementaire : Faut-il dire place à la Francophonie ?
Les couloirs du Parlement, déserts depuis la relâche estivale, reprennent vie cette semaine. Ainsi s'ouvre un nouveau chapitre de ce que j'ose appeler, peut-être un peu pompeusement, le nouveau Canada des francophones. Un monde, cependant, qu'il nous reste à découvrir.
Cliquez pour plus de détailsMusique : les parutions francophones hors Québec de l'automne
L'automne qui vient s'annonce prolifique en Acadie avec une imposante quantité de parutions. En fait, de septembre et décembre, près de vingt albums et EPs sont attendus au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.
Cliquez pour plus de détailsÉcologie en français: Une communauté verte à travers le pays ?
Le réchauffement planétaire et la protection des océans, forêts et animaux intéressent vivement les francophones. Mais l'environnement n'est pas un secteur des langues officielles endossé par l'État. La planète se défend généralement en anglais. Une brèche s'ouvre dans l'économie verte.
Cliquez pour plus de détailsDenis Richard - Chansons, et autres flâneries...
Avec toute la place que les chansons de Denis Richard occupent dans le paysage musical francophone, il est étonnant que sa discographie soit aussi clairsemée. Chansons, et autres flâneries... vient de s'ajouter à C'est mieux comme ça et à deux musiques originales composées pour le théâtre.
Cliquez pour plus de détailsJeux paralympiques : Vers un autre triomphe canadien à Rio ?
Après des Jeux de Rio fort productifs pour les athlètes canadiens il y a quelques semaines, les athlètes paralympiques représentant l'unifolié tentent présentement de surfer sur les succès des Penny Oleksiak, Andre De Grasse et Derek Drouin.
Cliquez pour plus de détailsTourisme : des destinations attirantes
Le sable est peut-être encore chaud sur certaines plages, mais septembre nous invite à dresser un bilan de ce qui s'est passé côté tourisme dans différentes communautés francophones du Canada.
Cliquez pour plus de détailsSanté mentale à l'école: « On n'a pas encore assez de données »
Le phénomène est répandu : des enfants en retrait ou agressifs qui dérangent. On ne sait pas comment les aider, on les écarte, on les stigmatise et les relations se détériorent. La santé mentale n'est pas perçue comme un problème de santé ordinaire.
Cliquez pour plus de détailsCommission d'examen des services de garde au NB: La petite enfance francophone face au désengagement gouvernemental
Lorsque Justin Trudeau a priorisé la lutte contre la pauvreté infantile avec de nouvelles allocations en 2015, il a condamné les services de garde éducative à la stagnation. L'impact en milieu minoritaire est majeur. Les provinces n'ont pas les moyens de relancer ce que Corinne Haché et Pam Whitty demandent dans leur rapport du 26 août au Nouveau-Brunswick.
Cliquez pour plus de détailsPolitiques d'admission scolaire: Trois classes de citoyens francophones dans les territoires
Lequel des trois territoires possède la pire politique d'admission scolaire, pour les francophones ? Luc Brisebois est catégorique. « On est doublement minoritaires et des citoyens de 3e classe, déclare le président de la Commission scolaire francophone du Nunavut (CSFN). On a la politique la plus stricte du pays.
Cliquez pour plus de détailsJamais Trop Tôt : la relève musicale du Canada à Granby
Le 26 août s'est terminé la 38e édition du Festival international de la chanson de Granby (FICG) et, en marge, la 6e édition de Jamais Trop Tôt, un concours qui vise à découvrir, développer et promouvoir la relève de la chanson. Il a permis à 12 interprètes de la francophonie canadienne et 12 du Québec de monter sur la scène du célèbre festival.
Cliquez pour plus de détailsUn régime unique au monde: « Le common law en français, c'est une création hors Québec »
La terminologie juridique au Canada pourrait être le prochain chantier fédéral en matière de langues officielles. Quatorze membres du Réseau national de formation en justice (RNFJ), greffé à l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne préparent présentement le terrain.
Cliquez pour plus de détailsÀ 2 ans, Unis TV dresse un bilan
Le lancement de la troisième année de programmation d'Unis TV a été le prétexte d'un bilan des premières années d'activité de la chaîne francophone pancanadienne. Entrée en ondes en septembre 2014, la présidente directrice générale de TV5 Québec Canada, derrière le projet, Marie-Pierre Bouchard, estime que le pari est réussi.
L'adieu d'un francophone engagé
On vient de rendre hommage à Mauril Bélanger, député d'Ottawa-Vanier, qui vient de nous quitter. Il y a quelques mois, on sentait déjà sa fin prochaine. Pourtant, même s'il était miné par la maladie, il continuait son travail de démocrate. Il faisait partie d'une famille de parlementaires particulière.
Cliquez pour plus de détailsL'école Boréal à Fort McMurray: « On est très heureux que nos familles reviennent. »
En juillet, les autorités pensaient encore rouvrir l'école Boréal pour la rentrée d'automne. Mais cet espoir s'est évanoui avec l'évaluation des dommages subis lors des feux de forêt de mai. Les élèves de l'école élémentaire seront accueillis le 6 septembre dans un établissement présecondaire de Fort McMurray.
Cliquez pour plus de détailsInscriptions scolaires en Ontario: Des données confirment l'essor de l'exogamie et de l'immigration
La tendance est confirmée officiellement : alors qu'on note une légère baisse des inscriptions dans les écoles de l'Ontario, les écoles de langue française affichent une croissance continue. Au Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario, la directrice de l'éducation prévoit une hausse de 4 % à la rentrée. D'où viennent ces nouvelles inscriptions ?
Cliquez pour plus de détailsAinsi va la vie : dépeindre les visages de la francophonie canadienne
« L'idée a germé à partir de choses qui se faisaient ailleurs et qui étaient vraiment intéressantes. [On a retenu] une thématique, la francophonie canadienne, pour suivre des étudiants et voir quel est leur quotidien, quelle est la différence entre un étudiant francophone de l'Alberta par rapport à quelqu'un dans le Nord. »
Cliquez pour plus de détailsÉdouard Landry - Pomme Plastique II
Après un premier disque prometteur, mais inégal, Édouard Landry se tourne de New York vers Chicago sur le deuxième volume de Pomme Plastique.
Cliquez pour plus de détailsSix livres de la francophonie parmi les meilleurs de 2016
Six livres d'éditeurs de la francophonie canadienne s'inscrivent à la sélection des meilleures oeuvres jeunesse de l'année publié par l'organisme Communication-Jeunesse, voué à la défense de la littérature jeunesse d'expression française au Canada.
Cliquez pour plus de détailsChangements à la SRC: Un enjeu de communication
Chaque changement à Radio-Canada surprend et génère un tollé chez son auditoire échaudé par des vagues de coupures. Dans l'Ouest canadien, le diffuseur a récemment mis en oeuvre une décision sur la programmation. Mais comment l'a-t-il communiquée ?
Cliquez pour plus de détailsRéforme électorale: La jeunesse veut relancer le débat sur le droit de vote dès 16 ans 
La Fédération de la jeunesse canadienne-française a relancé en juillet le mouvement pour élargir le droit de vote avec sa campagne #VOTE16 dans le contexte de la réforme électorale en cours. Elle se fonde sur une tendance : la participation accrue de 18 % des jeunes de moins de 24 ans aux élections fédérales de 2015.
Cliquez pour plus de détailsRèglement 17 - Résistance Évolution
La formation Règlement 17, de la région d'Ottawa, tient son nom d'une mesure adoptée en 1912 en Ontario et qui prévoyait l'interdiction d'enseigner en français après les deux premières années du primaire.
Cliquez pour plus de détailsLOJIQ s'ouvre aux jeunes francophones canadiens
Après avoir représenté le Québec comme délégué général à Paris, Michel Robitaille prendra les rennes des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) d'ici la fin du mois d'août.
Immigration francophone : priorité, rétention
« Je suis contente qu'il y ait une cible [de 5 %]. Je veux faire partie des discussions. Mais ça donne quoi d'avoir une cible et de ne pas avoir la rétention qui vient avec ? »

Communiqués de la francophonie