« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsUne nouvelle théorie pour transmettre la langue
Patrimoine canadien (PCH) a mandaté 15 experts pour appliquer une « théorie du changement » à cette problématique fondamentale au sein des communautés francophones : la transmission de la langue aux jeunes. Certaines stratégies sont innovatrices.
Les candidatures sont ouvertes: Prix du 3-juillet-1608 et Ordre des francophones

Le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) a ouvert les candidatures aux fr...

Le bilinguisme progresse au pays
Le bilinguisme est en progression au Canada, mais le taux de gens pouvant soutenir des conversations dans les deux langues officielles reste assez faible. Au cours du dernier siècle, le taux de bilinguisme est passé de 14,7 % en 1901 à 18,3 % en 2011, démontre une nouvelle étude de Statistique Canada.
Cliquez pour plus de détailsRésistance et souvenirs
J'ai fouillé dans la boite à souvenir. Voici ce que j'ai trouvé. La maison de mon enfance, plantée en terre française, la Basse côte nord du Québec et notre voisin arrière, Monsieur McLean. Le quartier était récent. Les habituelles clôtures de banlieue n'étant pas encore dressées, un simple bonjour suffisait pour franchir le cadastre. Plutôt sociable, mon père s'est attablé avec ce voisin pour une conversation en anglais, langue encore étrangère à mes oreilles. C'était en 1961.
Cliquez pour plus de détailsCrise financière des organismes francophones: La FCFA veut changer le discours fédéral
Une alerte rouge sur le financement des organismes en Nouvelle-Écosse a été lancée au début janvier, faisant des échos dans l'Atlantique et à Ottawa. Le milieu associatif se prépare à contester les conditions de stagnation imposées depuis une décennie.
Cliquez pour plus de détailsPrécédent aux TNO : L'article 23 exclurait le préscolaire

Le ministère de l’éducation du Nouveau-Brunswick attend un examen du ré...

Cliquez pour plus de détailsDroits linguistiques et tribunaux : Plusieurs gains, mais...
OTTAWA - Depuis des décennies, les francophones vivant à l'extérieur du Québec se livrent à un combat sans fin afin de faire reconnaître leurs droits sur le plan linguistique et d'obtenir des services dans leur langue maternelle.
Cliquez pour plus de détailsLa CNPF se cherche une nouvelle direction générale
Après deux ans d'intérim à la direction générale de la Commission nationale des parents francophones, Ghislaine Pilon va céder sa place à la fin mars. L'organisme fondé en 1979 est à la recherche de candidats pour combler le poste.
Pour le retour d'un fonds dédié à la production télévisuelle locale
La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada réclame que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) crée un nouveau fonds dédié à la création et la production d'émissions de télévision canadiennes, auquel les producteurs francophones et les stations régionales de Radio-Canada en milieu minoritaire, auraient largement accès.
Cliquez pour plus de détailsLa frilosité française de notre capitale
Samuel de Champlain est là, immortalisé sur la pointe Nepean, un rocher planté sur les berges de l'Outaouais, derrière le Parlement.
Cliquez pour plus de détailsPourquoi les inscriptions grimpent-elles autant?
Quelque 160 000 élèves sont inscrits dans les 628 écoles françaises en milieu minoritaire. Plus des deux tiers sont en Ontario, où l'on note une croissance annuelle depuis la création des conseils scolaires en 1998. Voici des données sur trois conseils performants, dont un au Nouveau-Brunswick.
Cliquez pour plus de détailsUne Québécoise dans l'Ouest canadien: le choc des cultures... francophones!
Énergique, fière, ne pratiquant pas la langue de bois, Abitibienne de naissance, Rachelle Francoeur fait partie de ces Québécois qui sont partie dans l'Ouest.
Cliquez pour plus de détailsQui veut financer les médias communautaires?
Le bon journalisme coûte cher », soutient Jean-Benoît Nadeau, coauteur de The Story of French, chroniqueur du Devoir et éditorialiste du webzine Avenues. Si les grandes entreprises de presse peinent à s'adapter aux transformations courantes, comment les médias en milieu minoritaire peuvent-ils survivre et sans sacrifier la qualité ?
Cliquez pour plus de détailsRéflexion de l'universitaire Serge Dupuis : Regard sur la francophonie ontarienne
Stagiaire postdoctoral à l'Université Laval, Serge Dupuis est Franco-Ontarien. Fin observateur de la scène québécoise en matière de francophonie, ce fils de Sudbury pose aussi son regard d'historien sur la réalité franco-ontarienne. Sans complaisance.
Cliquez pour plus de détailsL'art, plus solide que les colonnes du temple
« Le théâtre comme un coup de poing sur la table! » Ce ne sont pas mes mots. Ils appartiennent à Jean-Marc Dalpé, dramaturge franco-Ontarien, trois fois récipiendaire du Prix du Gouverneur-général, auteur convaincu, décidé et créateur.
Le gouvernement du Nouveau-Brunswick veut privilégier l'immigration francophone
Le gouvernement du Nouveau-Brunswick ambitionne de favoriser l'installation d'immigrants francophones dans la province.
Cliquez pour plus de détailsDe plus en plus d'immigrants s'intéressent à l'Acadie
Les francophones qui souhaitent immigrer au Nouveau-Brunswick et qui répondent à des critères prédéfinis doivent venir explorer la province pendant une semaine, avant d'envoyer leur dossier. Le nombre de visites explose. En 2015, il a avoisiné la centaine.
Cliquez pour plus de détailsLa Grande Traversée : La francophonie d'Amérique revivra sa genèse
France, 2009. Louis Paquin rend visite à sa fille Josée qui étudie à l'Université de La Rochelle. En visitant le vieux port sur l'Atlantique, le producteur des téléséries Destination Nor'Ouest et La Ruée vers l'or est soudainement saisi par l'histoire des lieux : une bonne partie des colons français recrutés pour la Nouvelle-France ont embarqué ici.
Cliquez pour plus de détails Serge Cormier à Pêches et Océans : « La francophonie peut compter sur mon appui »
Nommé en novembre comme secrétaire parlementaire du ministre Hunter Tootoo, le député d'Acadie-Bathurst se joint à une équipe chargée de protéger trois océans, une industrie nationale majeure, ainsi que des grands lacs (en Ontario et au Manitoba) et des milliers de voies navigables. Serge Cormier vogue avec un atout de taille : il est fils d'un pêcheur côtier.
Cliquez pour plus de détailsLe champ de ronces de 2015
Nous voilà dans le XXIème siècle, avec 15 ans révolus. Nos premiers pas dans le troisième millénaire... Déposons notre sac à dos pour regarder ce que ce petit bout de chemin nous a montré.
Cliquez pour plus de détails «Entéka» les francophones s'affichent
«Restez calme, oui il y a des francophones hors Québec», c'est ce que Renée O'Neill inscrivait sur des t-shirts verts et blancs destinés aux Franco-ontariens, il y a plus d'un an. Aujourd'hui, ses créations semblent susciter plusieurs réactions chez les francophones en milieu minoritaire. De fil en aiguille, la fierté de cette franco-ontarienne devient en sorte sa marque de commerce. Elle décide donc de fonder sa microentreprise nommée EnTK, le diminutif de «entéka », afin de permettre aux Franco-ontariens de prendre leur place avec style.
Cliquez pour plus de détailsLa sélection de Francopresse : Les personnalités les plus influentes de 2015
Pour marquer la fin de 2015, un groupe de 11 experts en matière de francophonie des milieux académiques et médiatiques des communautés francophones minoritaires ont participé au choix des personnages les plus influents, au cours des 12 derniers mois.
Cliquez pour plus de détailsPierre Bhérer : L'homme des communautés francophones à Québec
Il est celui qui occupe les fonctions de directeur du bureau du Québec depuis 12 ans. Un record pour un tel poste à Québec au sein de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. Douze ans pour Pierre Bhérer à tisser des liens avec la société québécoise.
Cliquez pour plus de détailsÉtude de Statistique Canada : Habitudes de lecture et d'écoute télévisuelle en français accablantes
Seulement le tiers de l'ensemble des enfants francophones âgés de moins de 18 ans qui vivaient en milieu minoritaire au Canada en 2006, lisaient exclusivement ou principalement en français et 12 % d'entre eux regardaient exclusivement ou principalement la télévision en français.
Cliquez pour plus de détailsRandy Boissonnault à Patrimoine canadien : « Tous les députés doivent défendre les langues officielles »
Bouleversé. Voilà comment se sent le nouveau secrétaire parlementaire de la ministre Mélanie Joly à Patrimoine canadien, depuis sa nomination début novembre. « C'était déjà assez bouleversant d'être député », ajoute Randy Boissonnault en riant.
Cliquez pour plus de détails« Débrouillage » gratuit du signal pendant six mois : TFO lance une nouvelle offensive hors Ontario
Profitant d'une porte ouverte par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), le diffuseur éducatif public de langue française de l'Ontario Groupe Média TFO, lance une nouvelle offensive pour faire distribuer son signal partout au Canada.
Cliquez pour plus de détailsUn nouvel accord multilatéral : La Société Santé et français se réjouit
Ce n'était qu'une simple phrase du mince discours du Trône fédéral du 4 décembre dernier : « Pour contribuer à la santé et au bien-être de l'ensemble des citoyens, le gouvernement amorcera le travail avec les provinces et les territoires pour mettre en place un nouvel accord sur la santé ».
Cliquez pour plus de détailsProgramme de contestation judiciaire : Les francophones n'ont pas demandé de le rétablir
Le retour du Programme de contestation judiciaire du Canada, aboli par les conservateurs en 2006, est passé de promesse libérale à engagement gouvernemental. Qui l'a demandé ?
Cliquez pour plus de détailsLa complexité des hommes au coeur de quinze nouvelles
Écrivaine et professeure de littérature, Eileen Lohka dirige le Centre français de l'Université de Calgary, où elle a donné plusieurs cours sur les francophonies, la littérature et la culture. Cette femme originaire de l'Île Maurice connaît bien l'Ouest canadien et a publié à quelques reprises aux Presses universitaires de Saint-Boniface, notamment un ouvrage coécrit par une vingtaine d'Albertains pour célébrer le centenaire de la province, Alberta, village sans mur(s). Il s'agit d'une réflexion sur l'aspect multiculturel de la communauté franco-albertaine. Son tout dernier ouvrage, Déclinaisons masculines, est un recueil de nouvelles aux formes diverses et aux multiples horizons. Chaque texte se veut un regard sur ces hommes tantôt cruels et tyranniques, tantôt fragiles, tendres et secrets, toujours complexes. Les quinze nouvelles nous invitent à visiter une galerie de portraits d'hommes aux teintes sombres et à découvrir la tragique richesse de leur humanité.
Cliquez pour plus de détailsLes feuilles d'automne
On aime bien les premières. Elles passent de l'or au rouge, mélange de contrastes et d'infinies nuances. Et puis viennent les autres feuilles d'automne. Elles ne sont plus qu'un tapis blafard que l'on piétine en cheminant vers la poisse de novembre. C'est cette marche qu'évoquent les feuilles que les tribunaux ont colorées de leur plume ces dernières semaines.

Communiqués de la francophonie