« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsLes communautés culturelles dans la mire de la SSF

Lorsqu’on parle de services de santé en français en milieu minoritaire, il fa...

Cliquez pour plus de détailsSix lieux, 3 groupes et un couffin
Des chercheurs ont suivi pendant quatre ans des jeunes enfants en milieu minoritaire pour mesurer l'impact d'un programme enrichi créé en Saskatchewan. Le résultat est « significatif » et pertinent.
Cliquez pour plus de détailsUne Acadienne et un Ontarien en nomination
Le romancier franco-ontarien Daniel Poliquin se trouve parmi les finalistes de la catégorie traduction, tandis que la professeure acadienne Georgette LeBlanc est dans la courte liste pour sa poésie.
Cliquez pour plus de détailsIsabelle Longnus: de ville en ville
Isabelle Longnus fut révélée à la scène musicale franco-canadienne grâce à sa contribution à la scène culturelle francophone de Vancouver. Dans les faits, l'auteure-compositrice est derrière la chanson officielle de la Place de la Francophonie des Jeux olympiques d'Hiver de 2010 en plus d'avoir assuré la réalisation du projet Vancouver Symphonique, en guise de célébration du 125e anniversaire de la métropole britanno-colombienne.
Cliquez pour plus de détailsDieu peut se tirer d'affaire sans l'Église

Le titre de cette chronique vous a peut-être fait sourciller. Une telle affirmation provien...

Cliquez pour plus de détailsÉcrivains ontariens, à vos claviers!
La deuxième édition du concours de création littéraire « Écrire pour se raconter » vient d'être lancée. Les écrivaines et écrivains amateurs de l'Ontario français ont jusqu'à la fin janvier 2015 pour soumettre un texte inédit sur l'identité.
Cliquez pour plus de détailsLe Québec veut s'investir au Canada
Avec un gouvernement fédéraliste à l'Assemblée nationale et deux chefs d'opposition populaires à Ottawa, les Québécois voudraient sortir de l'exil politique et constitutionnel. Qu'est-ce qui motive nos cousins ?
Cliquez pour plus de détailsFêtes nationales bilingues en 2017 ?
Le commissaire aux langues officielles a recommandé au ministère de produire des rapports d'étape sur la mise en oeuvre de mesures pour célébrer dans les deux langues le 150e anniversaire du Canada. La réponse n'a pas tardé.
Cliquez pour plus de détailsLe nombrilisme québécois
Marjorie Pedneault dénonce le peu de place accordé aux francophones hors Québec dans les émissions dites nationales. Confinée à son domicile de Dieppe, en juin, elle s'est tournée vers le RDI pour s'informer de la fusillade près de chez elle.
Cliquez pour plus de détailsVers l'université franco-ontarienne
Les participants au Sommet provincial sur le postsecondaire en Ontario, du 3 au 5 octobre à Toronto, étaient unanimes : la province doit maintenant se doter d'une université gouvernée « par et pour » les francophones.
Cliquez pour plus de détailsPostsecondaire en milieu minoritaire
Le meilleur accès à des programmes francophones, gérés pour et par les Franco-Ontariens : voilà grosso modo les revendications des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français. Une urgence, quand on compare aux autres provinces.
Cliquez pour plus de détailsUn seul Canadien au Synode
Divorce, contraception, unions libres et homosexuelles. Au Synode sur la famille, du 5 au 19 octobre, la réalité des fidèles heurte la tradition catholique, promettant un débat contrasté malgré les appels au calme.
Cliquez pour plus de détailsInscriptions dans les 28 CSF
La tendance nationale des inscriptions dans les écoles francophones est positive. Mais pas dans toutes les provinces, où se profilent d'importants défis pour l'avenir.
Cliquez pour plus de détailsLe découpage au NB et en NÉ
Après 15 mois d'inertie gouvernementale, la poursuite déposée par la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) a été relancée le 15 septembre. Au Nouveau-Brunswick, le nouveau premier ministre promet des solutions hors cour.
Cliquez pour plus de détailsMémoires du Shérif de Champêtre County
Au sud de Saskatoon se dresse le ranch Champêtre County. J'ai pu le connaître non pas en me rendant sur place, mais en lisant l'autobiographie d'Arthur Denis, Mémoires du Shérif de Champêtre County, ouvrage paru aux Éditions de la nouvelle plume (Régina).
Cliquez pour plus de détailsLe Paysagiste: moi et l'autre
En 2012, le sympathique Dayv Poulin lançait le premier chapitre de son aventure solo pop en français. Grâce au Paysagiste, le Franco-Ontarien livrait de belles promesses qui se heurtaient toutefois à l'absence d'une griffe singulière.
Cliquez pour plus de détailsLa revue des arts est numérisée
La revue papier ne disparaîtra pas, au contraire. Liaison se dématérialise pour mieux se multiplier et se diversifier. La jumelle électronique est lancée.
Cliquez pour plus de détailsLe changement au Nouveau-Brunswick
Cinquième province à élire récemment un gouvernement libéral, le Nouveau-Brunswick s'est réveillé le 23 septembre avec un résultat de vote très polarisé. L'équipe de Brian Gallant pourra relancer le français dans la province bilingue.
Cliquez pour plus de détailsL'université francophone pour 2025 ?
Le Sommet provincial des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français, du 3 au 5 octobre à Toronto, promet de franchir une étape clé dans la création d'une université franco-ontarienne. Un projet qui dépasserait les frontières provinciales.
Cliquez pour plus de détailsHélène Koscielniak, Frédéric, roman

Le psychologique l’emporte sur le dramatique

...

Cliquez pour plus de détailsLes francophones parlent au CRTC
Les services télévisuels permettant aux francophones de se voir pourraient encore diminuer, selon les propos tenus lors d'audiences du CRTC, du 8 au 19 septembre. Comment maintenir la télé publique, le contenu canadien et les nouvelles régionales ?
Cliquez pour plus de détailsLa santé publique comme solution
À la suite des politiques sur l'alcool et sur le tabagisme en 2012, l'Association canadienne de santé publique (ACSP) a présenté en mai sa position sur la gestion des drogues. La prochaine, sur la prostitution, sera lancée en novembre.
Cliquez pour plus de détailsLa CNPF au pied du mur
Un bureau national à Ottawa sans employé permanent sur place. Une deuxième année sans financement de projets. Un site web abandonné. La Commission nationale des parents francophones (CNPF) est en état critique.
Cliquez pour plus de détailsUne tournée virtuelle du MCDP
Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) présente un parcours thématique, basé sur une suite d'histoires inter-reliées. L'inauguration a eu lieu le 20 septembre à Winnipeg devant des milliers de visiteurs.
Cliquez pour plus de détailsL'immigration francophone perd son avantage
Déception, frustration, incompréhension, trahison, voilà autant de mots utilisés les francophones pour manifester leur mécontentement après l'annonce, le 12 septembre, de l'abolition du programme Avantage significatif francophone.
Cliquez pour plus de détailsCarmen Campagne à l'Ordre du Canada
La grande dame de la chanson pour les tout petits a vendu un million de disques au Canada et en Europe dans les années 1990. Le 12 septembre, notre Fransaskoise nationale était admise à la plus haute distinction du Canada.
Cliquez pour plus de détailsTomé Young
Cette nouvelle excursion de Pascal Lejeune, sous le pseudonyme Thomé Young, s'ouvre sous des airs de familiarité. Après tout, l'auteur-compositeur le chante bien en introduction sur Le croche à Edgar; "on se connaît depuis longtemps, longtemps".
Cliquez pour plus de détailsLa francophonie au Musée des droits de la personne
En présentant dans ses galeries la francophonie canadienne, avec ses luttes et ses victoires, le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) invite le public au dialogue.
Cliquez pour plus de détailsLe Musée des droits ouvre ses portes
L'architecture extérieure et intérieure du nouveau Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) n'a pas été laissée au hasard. La symbolique des droits est partout.
Cliquez pour plus de détailsLa Cour fédérale entend Graham Fraser
La Cour fédérale a reconnu en 2012 le conflit entre la LLO et la Loi sur la radiodiffusion. Le 8 septembre, le tribunal a tranché en faveur du Bureau du commissaire aux langues officielles (BCLO), confirmant son droit d'enquêter sur la programmation de la SRC.

Communiqués de la francophonie