« Retour | Archives
Le 25 avril 2012

Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Photo : Courtoisie
Les trois grands concerts des Choralies internationales auront lieu dans le Winspear Centre d'Edmonton.
Association de la presse francophone

Edmonton s'harmonise aux Choralies internationales

Pascale Castonguay

OTTAWA — Pour la 2e fois en près de 40 ans, la ville d’Edmonton accueillera du 8 au 15 juillet prochains les Choralies internationales. Cet événement qui a généralement lieu en Europe consiste en un rassemblement de choristes francophones qui proviennent des communautés du Canada et d’ailleurs.

Le directeur artistique des Choralies, Laurier Fagnan, évalue qu’environ 10 % des participants proviendront de l’extérieur du Canada, que l’Ouest canadien et le Québec seront tous deux représentés à la hauteur de 35 % et que l’Acadie et l’Ontario cumuleront 20 % des inscriptions.

Si les organisateurs de l’événement ont dû réviser leurs attentes en ce qui concerne le nombre de choristes qui prendront part à l’événement en raison de la conjoncture économique dans certains pays européens, reste que plus de 300 personnes y sont attendues. « Le succès ne se chiffre pas, il se ressent », affirme M. Fagnan.

Celui qui considère que c’est à la fois un privilège et un défi d’accueillir les Choralies s’attend à ce que celles-ci se transforment en « un moment de grand partage et d’apprentissage ». « La chorale c’est vraiment un microcosme de la communauté. Elle permet d’apprendre à se connaître rapidement et à tisser des liens profonds. »

Passionné du chant choral, M. Fagnan est également le directeur de la chorale hôte soit la chorale Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière célèbre en 2012 ses 75 ans d’existence. Selon lui, la richesse démographique et les différents couleurs vocales de sa communauté sont représentées au sein de la Chorale Saint-Jean. À ses yeux, il existe une ouverture culturelle dans le chant choral qu’on ne retrouve pas dans les autres arts. « Il y a plusieurs textes qui sont écrits spécialement pour la Chorale St-Jean, ces textes vont au-delà de la musique, c’est très puissant. »

Membre de cette même chorale, Léonard Douziech, n’en sera pas à sa première participation. Celui qui a d’abord assisté au concert des Choralies d’Edmonton en 1973 puisque sa mère faisait partie de la chorale lui a par la suite emboîtée le pas en prenant part aux Choralies de 1982 à Winnipeg et à l’événement À coeur joie à Troyes en France en 1989.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à joindre les rangs d’une chorale. « En 1982 [aux Choralies de Winnipeg], je me suis senti moins seul, même avec la réalité de vivre dans une société très anglophone. Donc, quand je suis revenu, j’ai choisi de continuer à faire partie d’une chorale », explique M. Douziech.  « C’est une expérience qui unifie les choristes francophones dont il se dégage un esprit de fraternité. »

Les participants à cet événement ne seront pas les seuls à tirer profit de ce rassemblement puisqu’il y aura quelques spectacles en soirée auxquels le grand public pourra assister. « C’est assez rare que des chorales d’ailleurs sont accueillies à Edmonton. Ce sera l’occasion d’entendre des pièces françaises et québécoises au Winspear Centre. Ce sera quelque chose d’assez unique », poursuit le directeur artistique.   

Soulignons qu’il est toujours possible de s’inscrire aux Choralies d’Edmonton d’ici la fin avril.

Télécharger Télécharger l'image

Cliquez pour plus de détailsAnnette Campagne : l'envol du papillon amiral
Quatre ans après J'peux pas demander mieux, Annette Campagne récidive avec un nouvel album solo, Papillon Amiral.
Cliquez pour plus de détailsNos symboles franco-ontariens
Les Franco-Ontariens ont célébré le 25 septembre dernier, leur fête nationale, signalant une volonté de ces derniers de créer leurs symboles identitaires suite à la disparation du concept de Canadien-français.
Cliquez pour plus de détailsLe Canada uni derrière Michaëlle Jean
Le Conférence des chefs d'État réunira les 29 novembre au Sénégal les délégations de 77 pays membres autour du thème Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix et acteurs de développement. Elle pourrait se clôturer le 30 par l'élection d'une première femme comme Secrétaire générale.
Cliquez pour plus de détailsLe fils de Louis Riel souffrait-il de spleen chronique ?
La vie et les écrits de Louis Riel, chef métis et père du Manitoba, sont bien connus. La vie de son dernier descendant, Jean Riel, est trop longtemps restée dans l'ombre. Annette Saint-Pierre remédie à la situation en publiant Jean Riel, fils de Louis Riel : sous une mauvaise étoile. Elle a fait un travail de bénédictine en lisant les ouvrages et toute la correspondance concernant de près ou de loin Jean Riel (1882-1908).
100 000 $ pour la promotion de la francophonie
L'Ontario octroie 100 000 $ pour promouvoir la culture francophone lors des Jeux panaméricains qui se tiendront à Toronto en 2015.
Cliquez pour plus de détailsLa démocratie scolaire en crise ?
La participation électorale a chuté et des conseils scolaires en milieu minoritaire gouvernent sans l'intérêt du public. Un défi de légitimité s'annonce.
Cliquez pour plus de détailsAprès la guerre, le combat intérieur
« Un jour où mes étudiants me devaient un bref résumé de lecture, voici que M. Marchal me soumet un manuscrit de plus de 400 pages... « C'est la version non corrigée, non censurée, je vous demanderais de ne pas le faire circuler », avait-il précisé. Le temps s'était soudain arrêté. »
Cliquez pour plus de détailsDur retour à la normale pour les francophones
Les amateurs de hockey francophones vivant à l'ouest de la capitale nationale ont l'impression de revivre le même scénario qu'il y a une dizaine d'années, alors que La Soirée du hockey avait été retirée des ondes de Radio-Canada. Dans un cas comme dans l'autre, il faut débourser plus de dollars pour avoir accès à du hockey en français.
Cliquez pour plus de détailsYvon Godin porte plainte au commissaire
Outré que l'alerte prescrivant des mesures de confinement envoyée par le Centre des opérations gouvernementales aux fonctionnaires lors de la récente fusillade du Parlement ait été en anglais uniquement le député d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, a porté plainte au Commissariat aux langues officielles.
Cliquez pour plus de détailsMessage contradictoire du fédéral
Pendant que les communautés francophones hors Québec s'apprêtaient à célébrer la Semaine nationale de l'immigration francophone, du 2 au 8 novembre, le commissaire aux langues officielles et ses homologues de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick levaient un drapeau rouge la semaine dernière.
Cliquez pour plus de détailsUn prêtre face à un Amour défendu

Animateur social à Sudbury et professeur engagé à l’Université ...

Cliquez pour plus de détailsWanabi Farmeur: assumer la joie de vivre
Au début des années 2000, Mathieu D'Astous et Ginette Ahier étaient les têtes d'affiche d'une nouvelle mouvance d'artistes issus de l'Acadie du Nouveau-Brunswick. Les deux auteurs-compositeurs-interprètes avaient les oreilles tournées vers la grande planète musicale francophone; le premier explorait les musiques africaines avec une intention chansonnière tandis que la deuxième livrait de jolis bijoux de pop indé via les disques La Tribu. Ces jours-ci, ce couple dans la vie lance un premier album en duo, sous le nom Wanabi Farmeur.
Cliquez pour plus de détailsLa vie après la revendication
Les rumeurs de coupures de fonds n'étaient pas exagérées. La Fédération des associations de juristes d'expression françaises (FAJEF) et ses sept membres, réunissant 1300 juristes en milieu minoritaire, se sont adaptés.
Cliquez pour plus de détailsFaut-il changer la Loi sur les langues officielles ?
La demande de compensation contre le délinquant le plus systémique du régime linguistique a été rejetée. Mais la Cour suprême insiste : Air Canada doit remplir ses obligations sur tous ses vols.
Cliquez pour plus de détailsMadeleine Meilleur et Jean-Marc Fournier se posent en sauveurs de Radio-Canada.
Les ministres délégués à la Francophonie du Québec et de l'Ontario ont annoncé leur intention de travailler ensemble en vue de sauver Radio-Canada, mise à mal par les coupures budgétaires du gouvernement fédéral.
Cliquez pour plus de détailsDécès d'un titan de la presse francophone
Une figure de proue de la presse communautaire minoritaire de langue française au Canada n'est plus. André Paquette s'est éteint le 20 octobre à l'âge de 86 ans, entouré de sa famille, à Hawkesbury, dans l'Est ontarien.
Cliquez pour plus de détailsLancement d'un 4e album solo pour Annette Campagne
Découvrir la Fransaskoise Annette Campagne est un vrai plaisir. On sent l'enthousiasme dans sa voix, une sérénité qui vient avec l'âge et l'expérience... et les retrouvailles avec son côté rockeuse, elle qui a d'abord fait carrière avec Folle Avoine et Hart Rouge dans l'ombre de sa célèbre soeur Carmen.
Cliquez pour plus de détailsLa priorité à la gouverne municipale
Les 350 délégués à la Convention de l'Acadie ont demandé à leurs dirigeants d'investir dans la pleine municipalisation des régions acadiennes - question de concentrer le poids politique. Cette direction inspire-t-elle à l'extérieur du Nouveau-Brunswick ?
Cliquez pour plus de détailsUne SRC plus locale, jeune et branchée ?
Dans son radar, le PDG de Radio-Canada, Hubert Lacroix, voit le diffuseur se distinguer en créant « la place publique la plus animée du pays ». Son nouveau discours valorise les stations régionales et le contenu canadien est accueilli avec prudence.
Cliquez pour plus de détailsLes communautés culturelles dans la mire de la SSF

Lorsqu’on parle de services de santé en français en milieu minoritaire, il fa...

Cliquez pour plus de détailsSix lieux, 3 groupes et un couffin
Des chercheurs ont suivi pendant quatre ans des jeunes enfants en milieu minoritaire pour mesurer l'impact d'un programme enrichi créé en Saskatchewan. Le résultat est « significatif » et pertinent.
Cliquez pour plus de détailsUne Acadienne et un Ontarien en nomination
Le romancier franco-ontarien Daniel Poliquin se trouve parmi les finalistes de la catégorie traduction, tandis que la professeure acadienne Georgette LeBlanc est dans la courte liste pour sa poésie.
Cliquez pour plus de détailsIsabelle Longnus: de ville en ville
Isabelle Longnus fut révélée à la scène musicale franco-canadienne grâce à sa contribution à la scène culturelle francophone de Vancouver. Dans les faits, l'auteure-compositrice est derrière la chanson officielle de la Place de la Francophonie des Jeux olympiques d'Hiver de 2010 en plus d'avoir assuré la réalisation du projet Vancouver Symphonique, en guise de célébration du 125e anniversaire de la métropole britanno-colombienne.
Cliquez pour plus de détailsDieu peut se tirer d'affaire sans l'Église

Le titre de cette chronique vous a peut-être fait sourciller. Une telle affirmation provien...

Cliquez pour plus de détailsÉcrivains ontariens, à vos claviers!
La deuxième édition du concours de création littéraire « Écrire pour se raconter » vient d'être lancée. Les écrivaines et écrivains amateurs de l'Ontario français ont jusqu'à la fin janvier 2015 pour soumettre un texte inédit sur l'identité.
Cliquez pour plus de détailsLe Québec veut s'investir au Canada
Avec un gouvernement fédéraliste à l'Assemblée nationale et deux chefs d'opposition populaires à Ottawa, les Québécois voudraient sortir de l'exil politique et constitutionnel. Qu'est-ce qui motive nos cousins ?
Cliquez pour plus de détailsFêtes nationales bilingues en 2017 ?
Le commissaire aux langues officielles a recommandé au ministère de produire des rapports d'étape sur la mise en oeuvre de mesures pour célébrer dans les deux langues le 150e anniversaire du Canada. La réponse n'a pas tardé.
Cliquez pour plus de détailsLe nombrilisme québécois
Marjorie Pedneault dénonce le peu de place accordé aux francophones hors Québec dans les émissions dites nationales. Confinée à son domicile de Dieppe, en juin, elle s'est tournée vers le RDI pour s'informer de la fusillade près de chez elle.
Cliquez pour plus de détailsVers l'université franco-ontarienne
Les participants au Sommet provincial sur le postsecondaire en Ontario, du 3 au 5 octobre à Toronto, étaient unanimes : la province doit maintenant se doter d'une université gouvernée « par et pour » les francophones.
Cliquez pour plus de détailsPostsecondaire en milieu minoritaire
Le meilleur accès à des programmes francophones, gérés pour et par les Franco-Ontariens : voilà grosso modo les revendications des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français. Une urgence, quand on compare aux autres provinces.

Communiqués de la francophonie